Samuel Berrebi

Tradition toujours excitante pour nous, car elle nous permet de rester un tout petit peu actif, ce « top 10 » annuel sera le dernier d’une décennie qui semble se terminer en beauté. En beauté, car il alterne entre des auteurs confirmés, des cinéastes nouveaux, des films américains et des films européens. Nous pourrions être tristes de ne pas y voir un peu d’Asie, continent pourtant très présent dans les salles obscures avec la Palme d’or pour Parasite, mais aussi avec des films que je n’ai pas encore vu comme So Long, My Son ou An Elephant Sitting Still.

Ce qui saute aux yeux, c’est la grande présence des films sélectionnés au dernier Festival de Cannes, avec 6 films sur 10. Pourtant, beaucoup d’entre eux ont été découverts plus tard à leur sortie nationale, comme Bacurau ou La Femme de mon frère, mais aussi redécouverts avec plus de recul et moins de fatigue. C’est le cas de Once Upon a Time… in Hollywood qui, au premier visionnage, apparaissait comme un film décevant avant de se révéler être un grand film, en plus d’être le meilleur film d’un Quentin Tarantino, qui a une confiance inébranlable en ce qu’on appelle « le cinéma ».

Voilà, donc, les films qui ont été là pendant cette année et qui m’accompagneront peut-être encore pour la décennie à venir. Dernier top des années 10 qui ne sont que des films que j’ai eu de la chance de voir au cinéma, même The Irishman, nouveau chef-d’œuvre de Martin Scorsese, qui n’a pas fini de dire que le cinéma n’est pas mort, mais qu’il faut encore le protéger. Protégeons encore les salles obscures, à l’aube de cette nouvelle décennie, cet endroit où nous ne sommes pas tentés de mettre pause pour aller aux toilettes, de manger, pire encore, de regarder son téléphone à la moindre vibration ou au moindre temps mort. Cette bulle où nous laissons nos vies à l’extérieur pour dédier ces quelques heures au cinéma, avec le trajet du retour comme sas de décompression. Cet endroit où, quand on tourne la tête, nous ne voyons pas les factures sur la commode ou des vêtements à laver, mais ceux qui, comme nous, sommes venus ici pour voir du cinéma.

Compétition officielle 2019

  1. Once Upon a Time… in Hollywood – Quentin Tarantino
  2. Portrait de la jeune fille en feu – Céline Sciamma
  3. 90’s – Jonah Hill
  4. Les Misérables – Ladj Ly
  5. Le Traître – Marco Bellocchio
  6. La Femme de mon frère – Monia Chokri
  7. Bacurau – Juliano Dornelles et Kleber Mendonça Filho
  8. Ad Astra – James Gray
  9. The Irishman – Martin Scorsese
  10. Proxima – Alice Winocour

Hors-compétition

Marriage Story – Noah Baumbach
Sorry to Bother You – Boots Riley
Séduis-moi si tu peux ! – Jonathan Levine

Vincent Courtade

À l’aube d’une nouvelle décennie, 2019 fut marquée par les débuts d’une féroce guerre du streaming.
Netflix fait donc sa première incursion dans ce top annuel avec pas moins de trois films sur dix, et National Geographic porte son Free Solo à bouts de bras tel Alex Honnold et son ascension des 900 mètres d’El Capitan, à mains nues et sans sécurité.

Lorsqu’un film est bon, il est bon partout et peu importe la taille de l’écran. En 2020, continuons à être curieux, à surveiller attentivement ce qui sort partout, et à ne pas laisser des guerres de territoires et d’ego décider si un film est un « film » ou un « téléfilm ». À la fin, c’est toujours le public qui gagne !

Compétition officielle 2019

  1. Vice – Adam McKay
  2. Joker – Todd Phillips
  3. Midsommar – Ari Aster
  4. Le Roi – David Michôd
  5. Parasite – Bong Joon-ho
  6. Free Solo – Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi
  7. Les Misérables – Ladj Ly
  8. Captive State – Rupert Wyatt
  9. Booksmart – Olivia Wilde
  10. Triple frontière – J. C. Chandor

Hors-compétition

Nevada – Laure de Clermont-Tonnerre
Piranhas – Claudio Giovannesi
Le Chant du Loup – Antonin Baudry
La Grande Aventure Lego 2 –  Mike Mitchell et Trisha Gum
La Vie Scolaire – Grand Corps Malade et Mehdi Idir
Hors Normes – Olivier Nakache et Éric Toledano

Réalisateur qui essaye d'être crédible dans la critique de film. Environ un tiers de l’œil du Kraken.

0 Comments

Leave a Comment