L’œil du Kraken n’est encore qu’un petit nourrisson parmi la grande famille de ce qu’on appelle par chez nous « la blogosphère cinématographique ». Ainsi, saluons les copains et respectons la tradition annuelle ancestrale des Tops. Exercice simple, mais ô périlleux, qui consiste à classer les meilleurs films de l’année en affichant fièrement son bon goût et sa soif de culture. Nous avons été soigneux et nous avons pris notre temps pour classer, critiquer et comparer les nombreux films vus en une année, même s’il s’agit finalement d’un vulgaire classement sans valeur, si ce n’est celui que le lecteur lui donne.

Enfin, la messe est dite et je déclare solennellement ouvert le premier Festival du Kraken. Que retenons-nous de cette année 2017 ? Finalement, si le cinéma est un reflet de notre époque, quelle est celui de celle que nous vivons ? Réponse, peut-être, ci-dessous.

Samuel Berrebi

En cette année 2017, et n’y voyez pas ici un hommage à notre cher Federico Fellini, ce sont les États-Unis qui dominent la compétition officielle avec huit films et demi sur dix. America fuck yeah, donc. Pourtant, l’espoir étranger est quand même présent en hors-compétition, avec trois films français sur cinq.

Prenons ainsi du bon temps à Göttingen, en silence ou en musique, sous un drap blanc au clair de lune et goûtons ce miel américain en citant des poèmes anciens, pour nous perdre dans la cité mère, celle du cinématographe. Accueillons 2018 en citant Gérard Depardieu citant lui-même Barbara : Ce qui compte pour préserver cet amour-là, c’est d’être rare et de reprendre son souffle. Je crois que si j’étais plus présente, je risquerais de le perdre encore plus vite. C’est normal qu’on ait peur de perdre un amour, mais c’est normal aussi qu’on s’absente pour ne pas l’étouffer. Il est tout près de moi. Nous faisions route ensemble, il y a encore très peu de temps. Je ne ressens ni manque, ni chagrin. C’est comme ces belles et grandes fatigues après l’amour, comme une grande liberté d’avoir choisi de m’absenter de la scène. Pour tant d’amour partagé depuis tant d’années, depuis quarante ans. Pour avoir accepté mes absences, avoir toujours été présent au retour. Pour avoir fait de mes routes des chemins magnifiques de rigueur qui étaient ma fierté. À suivre pour l’amour de vous et aussi parce que c’était comme ça que je voulais faire cette chose admirable qui est de chanter pour vous. Merci à vous. Merci de vous. Et merci à toi, Barbara. Merci mon amour.

Compétition officielle 2017

1. Barbara – Mathieu Amalric
2. Silence – Martin Scorsese
3. Good Time – Ben et Joshua Safdie
4. La La Land – Damien Chazelle
5. A Ghost Story – David Lowery
6. Moonlight – Barry Jenkins
7. American Honey – Andrea Arnold
8. Neruda/Jackie – Pablo Larraín
9. The Lost City of Z – James Gray
10. Mother ! – Darren Aronofsky

Hors-compétition

Le Redoutable – Michel Hazanavicius
Lumière ! L’aventure commence – Thierry Frémaux
The Young Lady – William Oldroyd
Grave – Julia Ducournau
Taxi Sofia – Stephan Komandarev

Vincent Courtade

2017 fut marquée par l’ambition de ses auteurs toujours plus fous, explosant les conventions et traversant les genres avec aisance.
Ce top est le reflet de mes surprises de cinéma, pas toujours de bon goût (coucou King Arthur), mais toujours plus ambitieuses et électrisantes : d’un polar fantastique hongrois en passant par un come-back introspectif énergique, d’une mi-temps américaine en proie à ses fantômes de guerre à une métaphore biblique épuisante, d’une leçon classieuse de mise en abyme à celle d’une lourde vie d’aventure, d’un silence animal émouvant à des fêtards terriblement attachants, d’un film d’animation carburant au LSD à une relecture mythologique over-the-top…

Pour ces dix films il s’est passé quelque chose d’organique, perforant l’écran pour provoquer au plus profond de moi des sentiments uniques et déstabilisants. Un bon cru donc, et si tout top résume les attentes de cinéma d’un spectateur, alors il semble ressortir de celui-ci une ligne claire : la soif d’un non-conformisme artistique qui dérange et fascine.

Compétition officielle 2017

1. La Lune de Jupiter – Kornél Mundruczó
2. T2 Trainspotting – Danny Boyle
3. Un jour dans la vie de Billy Lynn – Ang Lee
4. Mother ! – Darren Aronofsky
5. Nocturnal Animals – Tom Ford
6. The Lost City of Z – James Gray
7. La Planète des singes : Suprématie – Matt Reeves
8. Le Sens de la fête – Éric Toledano et Olivier Nakache
9. Lego Batman, le film – Chris McKay
10. Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur – Guy Ritchie

Hors-compétition

Low Life – Ryan Prows
Liberation Day – Morten Traavik et Uģis Olte
La La Land – Damien Chazelle

Terminons ce formidable festival par nos chaleureux vœux pour 2018. Que votre année soit douce, pleine de cinéma et surtout, rendez-vous l’année prochaine pour notre deuxième Festival du Kraken.

À l’année prochaine !

Réalisateur qui essaye d'être crédible dans la critique de film. Environ un tiers de l’œil du Kraken.

0 Comments

Leave a Comment